Les lapins

L’accouplement :

Le mâle dans une case du clapier qui lui est dédié recevra la visite de la femelle avant la tombée de la nuit ou tôt le matin. Celle-ci pourra y rester toute la nuit ou toute la journée.


Les femelles sont dites à ovulation spontanées. C’est le coït qui entraine la libération des ovules. Une lapine peut donc être saillie à longueur d’année.
Un mâle et cinq lapines pour un élevage de lapins amateur donnent une centaine de lapereaux

La gestation :

Elle dure environ vingt-neuf à trente jours. Au bout d’une quinzaine de jours, vous pourrez, par palpation, sentir si la lapine est pleine.

•La confection du nid :

Veillez quelque temps avant la mise bas que la lapine dispose de matériaux secs pour faire le nid. (à partir du vingtième jour environ)

•Qualités diététiques de la chair du lapin:

La viande du lapin peu calorique peut être dite viande maigre. Elle est riche en protéines et en bons lipides augmentant l’apport d’Oméga 3.

Valeurs diététiques et alimentaires de 100gr de viande de lapin. Ces valeurs sont à titre indicatif et peuvent varier selon le mode d’élevage du lapin, son alimentation et la race.

Calories 133,  Protides en g 22, Lipides en gr 5 + Elle est riche en phosphore : 277 mg/100 g (source INRA)

Avantageusement, la viande de lapin à une teneur en cholestérol relativement basse comparativement aux autres viandes de 59 mg/100g. Pour un ratio en acides gras oméga 6 / oméga 3 avantageux de 5,9. (Source INRA)

La Race : Lapin Fauve de Bourgogne

Les besoins :

Être à plusieurs

Avoir un parcours assez grand
hauteur du grillage 50cm dont une partie enterrée

Avoir une zone protégée

Avoir une guilde de plantes adaptées

De la nourriture et de l’eau naturelle et contrôlée

​Les apports :

La viande

De l’engrais

 

Les interconnexions :

Avec le verger et l’humain

​Le nombre : maximum 4 dont 1 mâle car cela représente 128 naissances par an

lapin de bourgogne.PNG

Alimentation pour lapins à base de foin et végétaux frais

Outre les granulés, on peut nourrir ses lapins avec du foin et des végétaux frais

(rien n'empêche d'ailleurs d'apporter, en complément, une petite quantité de granulés).

 

Les lapins ont besoin d'ingérer une grande quantité de fibres insolubles, qui permettent à leur tube digestif de bien fonctionner. Ces fibres sont apportées par les végétaux, qui sont généralement riches en cellulose : le foin, notamment, représente ainsi la base de l'alimentation des lapins (environ 70% de la ration).

De surcroît, le foin permet au lapin d'user ses dents, dont la croissance est continue.

 

On complète cette ration avec des apports de végétaux frais : lorsque l'on cherche à minimiser les coûts, on peut cultiver soi-même des betteraves fourragères, des choux, des navets, des rutabagas, des choux raves... On peut aussi donner aux lapins de l'herbe fraîche, des pousses de céréales (blé, avoine) ou de l'"herbe à chat", des salades (chicorées de préférence), des pissenlits, des fanes de légume (fanes de betterave, de radis, de navets, de carottes, de céleri rave...), et des feuilles de végétaux que l'on a sous la main au jardin ou au potager : feuilles de framboisier, de mûrier, de chou-fleur et de chou brocoli, de tournesol, de fraisier, de patate douce, de moutarde (cultivée comme engrais vert au potager)...

On peut aussi donner aux lapins des fruits, en petites quantités (sans les pépins ni les noyaux), ainsi que des herbes aromatiques diverses et la plupart des légumes destinés à la consommation humaine : carotte, navet, panais, courgette, endive, céleri rave et céleri branche, blettes…